publié par Roche et Chugai

Comprendre et s’impliquer dans le traitement de fond, un facteur clé pour mieux vivre avec la PR

Lorsqu’on souffre de polyarthrite rhumatoïde, on a tendance à percevoir la maladie comme une succession de douleurs plus ou moins intenses et plus ou moins tolérables. Ces sensations tendent à faire oublier l’origine de cette souffrance, qu’il faut pourtant traiter sur le long-terme avec un traitement adapté.

Thank you for visit and good news

 Lorsqu’un patient se trouve en période de poussée inflammatoire, il cherche le meilleur traitement contre la douleur. Mais la douleur n’est qu’un symptôme de la véritable pathologie : l’inflammation. C’est cette inflammation qu’il faut soigner, avec un traitement de fond, qui se décide et s’organise au fil du temps et avec le médecin.

En effet, les mécanismes de l’inflammation ne sont pas les mêmes d’un patient à l’autre. Il s’agira donc de tester plusieurs « stratégies » de traitement pour obtenir le meilleur résultat, que le patient ne mesurera qu’au bout de plusieurs semaines.

Un dialogue de long terme avec son médecin

Ces traitements de fond peuvent avoir une action générale ou ciblée sur des cellules bien identifiées de l’inflammation, et peuvent être administrés de diverses façons (injection, perfusion, voie orale) et avec une fréquence différente : toutes les semaines, tous les mois, une fois par an…
Patient et médecin s’engagent donc dans un dialogue de long terme, où le patient s’écoute, comprend ses besoins et les mécanismes de sa maladie, pour en faire part au praticien qui lui proposera le meilleur traitement, sa fréquence et le mode d’administration qui convient à sa vie quotidienne. Selon une étude de l’AFPric*, 50% des patients déclarent ne pas prendre leur traitement comme prévu, et 60% n’en parlent pas à leur médecin. Plus cette relation sera suivie et de qualité, plus le patient s’impliquera et parviendra à prendre son traitement avec régularité, gage d’une meilleure qualité de vie.

 

*Enquête « Les poussées », 2013.

 

Source : AFPric – les clés de l’autonomie

À lire aussi :

Comment mieux prendre ses traitements ?

Portrait de patiente, Estelle, 39 ans, diagnostiquée à 25 ans

L’éducation thérapeutique du patient à Grenoble