publié par RCA Factory
Publié par RCA Factory

Rosalind Russell, une grande dame du cinéma américain

Rosalind Russell : ce nom ne sonne certainement pas familier aux jeunes oreilles, pourtant, cette comédienne américaine fut une actrice phare des années 30 à 60. Très pudique, elle n’a jamais souhaité s’épancher sur la polyarthrite rhumatoïde qui l’a pourtant fait souffrir à partir de 1969, sur la fin de sa carrière.

rosalind russel

De Brodway à Hollywood, Rosalind Russell, née en 1907, a longtemps été sous les projecteurs. Particulièrement connue pour avoir tenu des rôles importants dans La Dame du vendredi de Howard Hawks (1940), Ma tante de Morton DaCosta (1958) ou encore Gipsy, Vénus de Brodway, une comédie musicale de Mervyn LeRoy (1962), elle est également restée pendant plusieurs décennies l’actrice la plus titrée aux Golden Globes (prestigieuses récompenses du cinéma américain) avec cinq statuettes remportées. Elle ne fut détrônée qu’en 2007, par Meryl Streep !

Une battante discrète

Tant qu’elle fut en état d’exercer son art, Rosalind Russell est restée très discrète à propos de sa maladie. Un jour, alors que les douleurs l’empêchaient de tourner, elle laissa croire à tout le monde que son incapacité à jouer était due à un problème technique. « Elle refusait les calmants ou la psychiatrie ainsi que le recours à des béquilles ou à un fauteuil roulant », a écrit son mari Frederick Brisson, après la mort de l’actrice.

Rosalind Russell avait beau minimiser sa souffrance, elle était fière de montrer ses mains déformées par la maladie. Elle était également extrêmement engagée, notamment auprès du National Commission on Arthritis and Related Musculoskeletal Diseases (la Commission nationale sur l’arthrite et les troubles musculosquelettiques). Ses efforts furent nationalement reconnus puisque le Congrès américain autorisa la création du Centre de recherche médicale sur l’arthrite Rosalind Russell au sein de l’Université de Californie, à San Francisco.

En 1959, dix ans avant que sa polyarthrite rhumatoïde ne soit détectée, les médecins lui avaient diagnostiqué un cancer du sein. Un crabe contre lequel elle s’est battue sans relâche, mais qui finit par l’emporter en 1976.

En 2009, un documentaire a été entièrement consacré à l’actrice. Ce film biographique est narré par la comédienne Kathleen Turner ; elle aussi atteinte de polyarthrite rhumatoïde ! Nous lui consacrerons d’ailleurs prochainement un article sur le site.

Découvrez tous nos articles consacrés aux personnalités atteintes de polyarthrite rhumatoïde en cliquant ici.

 

Sources : RAwarrior ; Wikipédia ; Freewebs

Crédit photo : Wikipédia

Poster un commentaire

×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audience et d'optimiser la navigation. Pour en savoir plus et obtenir des informations sur la manière dont les désactiver cliquez-ici.